J’ai buggé quand un recruteur m’a demandé “Qu’est ce qui te ferait bouger ?”

Parce qu’au départ t’as juste accepté de rencontrer des développeurs passionnés. Parce que ton taf te convient et que t’es un peu à cran avec tous ces recruteurs qui te harcèlent sans vraiment se préoccuper de ton métier et des conditions de travail qui vont avec. Parce que t’as abandonné depuis longtemps l’idée qu’une entreprise se souciera réellement de bien faire les choses et de jouer un rôle pour une évolution positive et raisonnable du digital.

Et puis j’ai joué le jeu et j’ai plutôt réfléchi à ce que je dirais si j’étais sincère à 100%. C’est effarant comme ce qui parait banal peut devenir important quand on se rend compte qu’en fait en France, on ne retrouve pas ces banalités par défaut dans les entreprises.

L’environnement strictement nécessaire devient une exigence

Il est très difficile d’aborder ces sujets avant d’intégrer une entreprise. Parfois même après, pourtant il s’agit bien de facteurs qui déterminent si je me sens bien au travail ou non.

  • Mon entreprise vend un produit ou un service qui a du sens pour la société ou a le souci de l’éthique pour les utilisateurs.
  • Mon entreprise comprend l’importance de la R&D pour son développement.
  • Mon entreprise sait ou elle va à court et moyen terme, avec des objectifs réalisables. Je me sens à l’aise avec son développement car je sais que son modèle de croissance est structuré et je peux accorder ma confiance aux managers et décisionnaires.
  • Dans ma team et/ou mon pôle, le management est participatif. La hiérarchie n’est pas un poids mais plutôt un cadre. Mon supérieur ou ma supérieure est une personne à qui j’ai accès et qui comprend mon métier. En tant que « supérieure », je n’ai pas à faire preuve d’autorité, je suis là pour faire avancer mon équipe et permettre aux personnes qui la composent de donner le meilleur d’eux mêmes en s’y épanouissant.
  • Flexibilité sur les horaires : arriver à 9h45 par exemple plutôt que 9h30 ne doit pas être une source de stress pour l’employé. Si un employé doit se rendre à un rendez-vous médical ou quelque autre affaire personnelle en journée il peut gérer son planning afin de trouver un équilibre raisonnable pour tous.
  • Habitant à Paris, je travaille à Paris intramuros, j’ai environ une demi heure à 40 min de trajet en transport ou je peux m’y rendre en vélo dans l’idéal
  • Je suis libre dans ma façon de travailler : je peux écouter de la musique dans mon casque pour m’isoler et me concentrer, je peux travailler avec la méthode pomodoro si je le souhaite. Les outils de travail qui ne concernent que moi sont choisis par moi. Certains outils sont primordiaux, je n’ai pas à batailler pour en avoir la licence.
  • Mon entreprise est à l’écoute de mon métier et ne m’impose pas de mettre en place des mauvaises pratiques qui iraient à l’encontre des bonnes pratiques de développement web.
  • Mes collègues sont des personnes qui aiment échanger, passionnées par le web, le digital, le numérique et vont volontiers à des meetups, des apéros web ou tout simplement boire un verre après le travail pour décompresser sans parler boulot.
  • Mon entreprise forme un tout avec un objectif commun : tous les pôles échangent et travaillent main dans la main, dans l’écoute et le respect du métier de chacun.
  • La santé mentale et physique de chacun est importante : on obligera un employé malade à rentrer se reposer plutôt que s’épuiser dans une non productivité néfaste.

Et les “petits plus” deviennent des utopies

  • Créativité : pas seulement visuelle, technique aussi. L’entreprise veut réellement pousser les limites, pas simplement faire comme les autres parce que ça rapporte de l’argent sans rien apporter d’autre à la société.
  • Participation et ouverture au monde du développement : organisation ou hébergement de meetups dans les locaux. Et pas seulement parce que ça fait une bonne pub mais bien parce que ces rencontres permettent des partenariats, des challenges, des avancées.
  • Une entreprise ouverte au télé travail : parce que parfois t’as envie de bosser mais pas envie d’être au bureau, parce que prendre une demi journée juste pour une livraison ou le passage d’un artisan c’est absurde.
  • Travailler 4 jours sur 5. J’ai des projets perso qui me tiennent à coeur, j’aimerais les maintenir et les developper dans de bonnes conditions. Et j’ai en tête que parfois bosser 4 jours à 100 % est équivalent à 5 jours en deça de ses capacités.
  • Une entreprise dans un domaine que j’affectionne particulièrement, comme la musique, l’art ou le développement durable. Parce que je travaille bénévolement pour une radio et j’organise des concerts. Parce que les projets que j’admire sont souvent ceux d’Arte Creative : Arte c’est un peu l’entreprise qui me fait rêver pour ses projets.
  • L’entreprise connait les projets présentés sur https://www.awwwards.com/ et tend à s’en inspirer
  • L’open source est bien vu dans l’entreprise

Pourquoi j’écris tout ça ?

Les entreprises postent des annonces, consultent des recruteurs, chasseurs de têtes et autres charlatans. Rares sont celles qui cherchent par elles-mêmes alors que je reste persuadée que rien ne vaut un développeur interne pour recruter un développeur.

Alors cette fois c’est moi qui poste mon annonce. Je sais que l’entreprise qui trouverait ça sur Medium et me contacterait aurait de plus grandes chances d’être la bonne et saurait déjà à peu près qui je suis.

Pour me connaitre, techniquement mon quotidien c’est :

# Un environnement mac donc unix (mais j’étais sur Windows dans mon ancien travail)

# Git :

  • GitHub / Gitlab / Bitbucket
  • Gestion de branches : merge, rebase, cherry-pick, merge request etc

# Du Javascript et tous les gros mots qui vont avec :

  • Webpack, Babel et aussi encore un peu Gulp. Avant j’utilisais Grunt, RequireJS.
  • NPM (et Sinopia), Bower de moins en moins
  • VanillaJS (parce que c’est bien, c’est mieux) mais aussi jQuery (sans honte 😃 parce que parfois pour la compatibilité c’est pratique),
  • J’ai utilisé Backbone pour des web apps
  • J’aime bien Underscore/lodash
  • Côté templating j’utilise souvent Handlebars, parfois Jade/Pug

# Du CSS : c’est pas ce qui me passionne mais il en faut donc : SASS (j’ai aussi fait du LESS mais j’en veux plus). Pour mes projets perso j’utilise volontiers Bootstrap ou Foundation.

# Je suis passé rapidement sur de la maintenance d’app hybride avec Cordova / Ionic 2 / Angular 2 et donc TypeScript

# Sur mes projets extra professionnels :

  • Je fais ce que je peux avec Nginx (ou Apache que je délaisse de plus en plus). J’ai quelques VPS sur Debian et des notions de bases pour la mise en place d’un serveur à peu près sécurisé et un peu performant (FailToBan, php-fpm, varnish, etc). Un serveur dédié CentOS sur lequel je fais tourner du streaming via shoutcast / icecast / centova.
  • Parce que je ne suis pas dev back, j’opte facilement pour Wordpress lorsque j’ai besoin de sites à contenus administrables pour me concentrer sur le développement du thème.
  • Je travaille en ce moment un peu aussi sur Node pour faire des mini projets avec les API Spotify, Instagram, Facebook, Twitter, etc.
  • Dans un ancien poste j’ai fait des jeux en JS avec Canvas (lorsque je suis passé de l’AS3 au JS)
  • Je travaille avec des VM et Vagrant.

Comme je fais beaucoup de veille, j’ai toujours envie d’apprendre plein de choses, par exemple :

  • React
  • VueJS
  • D3.js
  • SystemJS
  • Les animations SVG
  • Perfectionner mes connaissances en CSS3
  • Travailler sur des apps temps réel
  • Mettre en place des tests unitaires et des tests fonctionnels

--

--